PsycHolistiques, thérapies brèves, holistiques

Rechercher

Aller au contenu

Irruption des vies antérieures au cours des thérapies

Techniques > AUTRES TECHNIQUES

Voir aussi : Rebirth de groupe

Voir aussi : Rebirth, le pouvoir libérateur du souffle


Irruption des vies antérieures dans une thérapie

Article de René Sidelsky paru dans le numéro 2 de la revue NIRVANA


La psychologie classique occidentale, telle qu'elle est enseignée dans les Universités, ne la rend pas très apte à gérer l'irruption de vies antérieures dans le cours d'une psychothérapie. L'idéologie dominante, chez nos élites intellectuelles, considère en effet que la perspective des vies antérieures recouvre des croyances farfelues pour personne plus ou moins simple d'esprit, ou encore hippie mal revenue de l'Inde ou de mai 1968.

Il est cependant bien connu que la personnalité et l'orientation du thérapeute influent considérablement sur le contact que la personne qui vient le consulter peut avoir avec son propre inconscient, et sur le discours qui en résulte : les patients d'un psychanalyste Freudien font des rêves typiquement Freudiens, alors que les psychanalystes Jungiens ont à analyser des rêves qui illustrent parfaitement les théories de Carl-Gustav Jung. Dans le même ordre d'idée, une personne qui par exemple n'aime pas le foie et qui veut en nourrir un petit enfant, se verra refuser par lui cette nourriture. Alors que si le foie lui est proposé par une autre personne qui aime cet aliment, le même bébé le mangera sans difficulté.
Il m'est arrivé plusieurs fois qu'un patient me déclare, parfois même lors d'un premier rendez-vous : « Je vais vous dire une chose que je n'ai jamais osée dire à mon psychanalyste » Bien entendu, il s'agit d'une révélation très importante, que le climat de l'entretien, cependant, a permis d'exprimer, probablement parce que je suis totalement ouvert à la personne qui me consulte et que je ne cherche d'aucune façon à la situer dans un système préétabli et plus ou moins figé.

J'en conclus que la personne qui consulte perçoit plus ou moins consciemment que certains sujets peuvent être déplacés dans le cadre de référence de l'analyste, et s'autocensure en conséquence de manière plus ou moins consciente. Dans ces conditions, les analystes classiques, pour la plupart, ont probablement peu d'occasions de gérer l'irruption de vies antérieures au cours de leurs thérapies. Et si tel est le cas malgré tout, ils ne cherchent probablement pas à approfondir ou à comprendre un sujet qui leur échappe de par leur formation ou qu'ils nient tout simplement, rejetant ce type d'expérience dans le monde du fantasme ou de la divagation.

Tel n'est pas mon cas. La première fois où j'ai été confronté à l'irruption des vies antérieures pendant la thérapie se situe dans le cadre d'un groupe continu de rebirth que j'animais il y a de nombreuses années.
Deux des participants sur quatorze, une femme et un homme entraient indiscutablement en contact avec des fragments de leurs vies antérieures dès qu'elles s'engageaient dans le rebirth. L'homme, tout au long de l'année a revécu différents épisodes liés à une seule vie datant du moyen-âge, et c'est seulement à la fin du groupe annuel que, comme des pièces de puzzle qui s'assemblent, soudain tout est devenu clair et cohérent pour lui, lui permettant de comprendre certains aspects de sa personnalité encore fortement marquée à ce jour par ce lointain passé.
Quant à la femme, elle revivait des épisodes de vies multiples. Je ne rejetais ni ne niais la validité de ces expériences, ayant moi-même auparavant, au cours de « rêves » très particuliers acquit la certitude d'avoir accédé ainsi à des revécus de vies antérieures, sans y attacher cependant un intérêt spécial. Pendant ma formation de rebirtheur, j'avais aussi revécu plusieurs épisodes de vies antérieures, très cohérents et en rapport avec mon vécu actuel, qui m'ont permis de mieux comprendre les grands axes de ma vie d'aujourd'hui. Cependant, j'étais embarrassé par ces matériaux surgis dans le groupe de rebirth, et que je ne savais pas bien gérer. Connaissant une personne qui me semblait très à l'aise dans ce domaine particulier, je lui adressais les deux explorateurs involontaires du passé lointain. Cependant, la femme du groupe de rebirth qui revivait si facilement des épisodes de vies passées, fortement interpellée par ce phénomène décida de faire une formation à l'exploration des vies antérieures avec Patrick Drouot, renommé en la matière. Elle me proposa de m'entraîner avec elle, ce que j'acceptais bien volontiers car, ne serait-ce que par conscience professionnelle, il m'était devenu nécessaire d'être apte à gérer de telles irruptions de vies antérieures.

Aussi, durant deux années, à raison d'une après-midi par semaine, cette femme et moi nous sommes mutuellement accompagnés dans des explorations de ce monde habituellement oublié, et dont je me suis rendu compte que l'accès est très facile. Il suffit de créer un état de légère hypnose, résultat d'une profonde relaxation, pour que des images, des sensations, des revécus plus ou moins précis et détaillés surgissent.

Le rôle de l'accompagnant est très important car souvent, il y a tendance à fuir un souvenir trop éprouvant. Or, justement, si des souvenirs ont traversé toutes les occasions d'oubli que sont de nouvelles naissances, c'est qu'il s'agit d'événements extrêmement forts, dramatiques, et c'est pourquoi leur empreinte est encore vivace aujourd'hui. Les bonheurs de la vie ne laissent pas d'empreinte particulière, le fait d'être heureux étant sans doute naturel. De ce fait, seul ce qui est contraire à l'état naturel laisse une empreinte, du fait même de cette contradiction et de l'intensité des événements.
Pour que ces revécus soient vraiment utiles, il est impératif de conduire la personne à revivre la mort du personnage qui a surgit plus ou moins inopinément dans sa mémoire. La sagesse de l'Inde, pour laquelle les vies antérieures sont une évidence, affirme que les dernières pensées qui sont dans notre esprit au moment de la mort conditionnent la vie suivante, orientent son choix en quelque sorte. J'ai pu très souvent vérifier la validité de cette affirmation : fréquemment, après s'être remémoré l'essentiel d'une vie et les circonstances de son terme, l'explorateur rebondit sur une ou plusieurs vie suivantes qui forment une suite tout à fait cohérente avec les précédentes, particulièrement en rapport avec les dernières pensées émises au moment de la mort, et quand bien même le sexe serait différent d'une vie à l'autre. Si vous mourez en colère, vous renaissez en colère, comme certains bébés qui semblent enragés dès leur naissance.



Les vies antérieures ne surgissent apparemment inopinément dans le cours d'une thérapie que lorsque deux conditions sont remplies :
1. Il est nécessaire pour la personne d'en passer par-là pour trouver la clé de son comportement, car l'origine véritable de son trouble ne se situe pas dans sa vie actuelle.
2. Il convient, comme nous l'avons vu plus haut, que le thérapeute soit totalement ouvert et disponible, qu'aucune censure ou jugement, conscient ou inconscient, interne ou déclaré, ne vienne opposer un veto à ce qui veut s'exprimer.
J'accompagnais récemment une jeune femme dans un rebirth. Une de ses difficultés consistait dans une terrible angoisse qui la saisissait chaque fois que son époux prenait sa voiture, ce qu'il fait chaque jour pour son travail, lequel nécessite qu'il se déplace beaucoup de client en client. Il devait chaque fois téléphoner à sa femme pour la rassurer dès qu'il atteignait une destination.
Pendant son rebirth, elle revit l'horreur à l'origine de ses angoisses actuelles : dans sa vie précédente, récente, elle était un homme dont la femme et les deux petites filles étaient mortes dans un accident d'auto. Suite à ce revécu, ses angoisses consécutives aux déplacements en automobile de son mari ont disparu.
Il convient de noter ici le caractère très libérateur de ces revécus. Ils permettent à la personne de comprendre ce qui se passe en elle, au lieu de subir aveuglément des angoisses. Nous ne sommes manipulés par des phénomènes psychiques que parce qu'ils sont inconscients ou que leur cause nous échappe, comme totalement extérieure à nous. Dès lors qu'ils prennent un sens, comme une sorte de justification, nous pouvons les intégrer et en être libre.
Il n'est pas nécessaire de croire aux vies antérieures pour qu'elles surgissent inopinément pendant une thérapie. Une fois, pendant une séance de rebirth en groupe, une des participantes, chevauchant le pouvoir libérateur du souffle se met à crier : « Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Je ne crois pas aux vies antérieures. Foutez-le camp ! Je ne veux pas de ces images ! » Pendant une vingtaine de minutes elle a protesté ainsi très vigoureusement, voulant renvoyer les images et les sensations qui affluaient vers elle. Elle ne pouvait malgré tout pas faire autrement que les recevoir. Elle a raconté après son rebirth qu'elle s'était vue châtelaine au moyen âge. Près d'une fontaine où elle aimait aller, au pied d'un bel arbre, elle rencontrait souvent un jeune homme avec lequel elle avait une relation uniquement verbale, teintée de poésie, d'estime et d'affinités réciproques. Une personne jalouse et malveillante l'ayant dénoncée comme coupable auprès de son mari, ce dernier l'épia près de la fontaine, la vit discourir avec le jeune homme, et croyant son honneur bafoué, entra dans une grande fureur, ordonna qu'on emmurât la jeune femme dans sa chambre, dans laquelle elle s'était vue mourir de faim et d'angoisse. Dans sa vie actuelle, et avant ce revécu, cette femme ne supportait pas d'être enfermée et avait toujours peur de manquer de nourriture. Elle était aussi particulièrement sensible à toute manifestation d'injustice.

La pratique du rebirth ne mène pas systématiquement à des revécus de vies antérieures. Ces derniers ne surgissent, répétons-le que s'ils sont nécessaires pour retrouver un équilibre dont le trouble à pour origine un très lointain passé. Par sa plongée directe dans l'inconscient et grâce à un état modifié de conscience où les systèmes habituels de défense, comme les conditionnements culturels et familiaux sont considérablement amoindris, le rebirth se révèle cependant une occasion favorable pour l'irruption des vies antérieures, notamment si l'accompagnant n'a pas d'a priori négatif à ce sujet.

Un préjugé commun, concernant les vies antérieures prétend que les gens « revivent » tous qu'ils ont été Napoléon ou Joséphine, par exemple, ou autres personnes prestigieuses. Et de conclure sur ces prémisses fausses que ces revécus ne sont que des compensations à une vie médiocre.

Si un certain nombre de « Napoléon » séjournent simultanément en hôpitaux psychiatriques, cela n'a rien à voir avec les nombreux revécus qu'il m'a été donné d'expérimenter ou d'être le témoin en accompagnant de nombreuses personnes. Sur plus d'une centaine de revécus, une seule fois il m'est arrivé de retrouver la vie d'un être au charisme exceptionnel.

Du fait de mes explorations systématiques pendant deux années, j'ai revécu un très grand nombre d'épisodes de vies antérieures, menées chaque fois à leur terme final. Cela a développé en moi une sensibilité particulière qui me permet de pressentir parfois une origine très ancienne aux troubles d'une personne qui vient me consulter. Auquel cas, il m'arrive de proposer aux personnes une séance directe d'exploration des vies antérieures, en légère hypnose. Je ne le fais que rarement, et jamais pour répondre à une simple curiosité mais uniquement si j'ai la conviction qu'une telle séance peut avoir des conséquences libératrices.

Nous avons eu tellement de vies, dans différents continents et au sein de cultures si variées, à des époques parfois très éloignées ! Passer sa vie à se remémorer ses vies antérieures au lieu de vivre l'actuelle n'a aucun sens. Si la nature a voulu qu'on les oublie c'est que cela doit être ainsi. Sauf si des troubles du comportement ayant leur origine dans d'autres vies empoisonnent notre vie actuelle du fait de l'intensité exceptionnelle des événements dramatiques autrefois traversés. Auquel cas, il me paraît justifié de réactiver clairement ces mémoires pour mieux les intégrer et devenir ainsi plus libre du passé.

Ainsi pouvons-nous mieux vivre notre vie, pleinement,

ici et maintenant.


René Sidelsky 92170







Accueil | Coordonnées | Techniques | Entretiens | Qui suis-je ? | Liens | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu